Black Mamba

On était des gouttes d’eau
dans un souvenir de tempête
qui encore nous bouleversait
travers l’infiniment petit
parmi les rues de la ville.

On voyait les affiches déchirées
le personnes tourner en rond
les uns après les autres
en souriant en riant en sursaut
comme si la vie était là.

On était dans une journée de soleil
il faisait froid en décembre
mon idée était de aimer avec force
farouche et très douce
même si il n’a été pas un rêve.

On voyait les pages brûler
sous erreurs de la belle jeunesse
et le monde était à la fin
quand il y a eu un tremblement
qui a arraché la lune et nos cœurs.

(Il est très émouvant ce chemin de pierres qui conduit aux étoiles !)

Informazioni su Francesco Quaranta

Amo gli sguardi.
Questa voce è stata pubblicata in Poesia, Racconto, Parigi, Roma, Napoli, Milano, Pisa, Livorno, Lecce, Salento, Firenze, Camaiore, Lucca, Siena, Verona, Slovenia, Italia, Amore, Amici e contrassegnata con , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Contrassegna il permalink.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...