Anime lontane

Il y a la rue, la ville,
la pluie qui tombe
goutte à goutte
sur les trottoirs enfilés
l’un après l’autre
come bords de la vie
où tout devient récurent.


Il y a un pièces en d’or
perdu dans une bol
personne ne l’a dit
quelqu’un ne l’a cru,
le vieux métro hochet
vide à cette heure là
froid et ensommeillé.


Il y a une faute, ailleurs
et là pleine neige tombe
silencieuse, charmante,
dessus états de peine
arbres de lumière
désire d’un petit oubli
au-delà d’aujourd’hui.

(Laissons nous l’envie de quitter un endroit dedans nous mêmes juste pour avoir des plus fortes racines.)

Informazioni su Francesco Quaranta

Amo gli sguardi.
Questa voce è stata pubblicata in Poesia, Racconto, Parigi, Roma, Napoli, Milano, Pisa, Livorno, Lecce, Salento, Firenze, Camaiore, Lucca, Siena, Verona, Slovenia, Italia, Amore, Amici. Contrassegna il permalink.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...